+213 34 20 25 01

otlbejaia@gmail.com

Patrimoine

Artisanat

L’artisanat est l’un des plus anciens métiers pratiqués par l’homme. L’artisanat local réside dans sa richesse, sa diversité et l’existence d’un savoir faire qui lui confère une authenticité et une valeur culturelle réelle. Elle est la source de revenu de beaucoup de foyer et contribue au développement local.

La poterie traditionnelle est considérée comme la plus ancienne avec les motifs berbères et des influences arabo-musulmanes, turque et méditerranéenne.

L’artisanat local est composé de la céramique, bijouterie, vannerie, sculpture sur bois, le tissage, la broderie la fabrication de bougies a base de cire d’abeille, l’habillement traditionnel……etc.

Art Culinaire

El se caractérise par sa diversité et sa richesse à travers les plats traditionnelle que les femmes de la région prennent plaisir à les prépares.

Les principaux plats sont : le poisson sous ses différentes formes, seksu (couscous) au navet et les cardes, seksu suderyis, tàasbant, berkoukes.
Les gâteaux sont : tebouàdjaijne, kaàk ounekache, kaàk ousseker, el mella.

Chant & Musique

La ville a toujours été une ville déterminante pour le patrimoine musical très riche, et une ville appréciée des artistes algériens. En effet au début du siècle passé, il y eut création du conservatoire de musique andalouse par le Cheikh Sadek El Béjaoui qui sans conteste le premier chanteur algérien à obtenir un succès international.
Cette école fut la source de plusieurs musiciens et chanteurs talentueux, à citer à titre d'exemple NGuib accompagnateur au banjo du chanteur Chaabi « El Hadj Mohamed El Anka », et bien d'autres chanteurs dont le succès est actuellement à la une, comme Djamel Allam ou encore ou Majidziri. Après le décès du maitre de la chanson andalouse, l'école est prise en charge par l'association "Ahbab El Cheikh Sadek El Bédjaoui"(kaci abjaoui,Wahab Abjaoui….)

La musique à Béjaïa ne s'est pas arrêté là, puisqu'il y a eu émergence d'un courant musical plus populaire mêlant sonorités de chaâbi, de folklore kabyle, et la musique moderne, ce qui a rendu le patrimoine de la ville encore plus riche, à citer au chaâbi les chanteurs qui dominent sont "Hcinou Fadli", "Mourad Zidiri", en folklore kabyle "Abdelkader Bouhi", et à la musique moderne "Djamel Allam" qui bénéficie d'un succès international.

Fêtes et Festivals locaux

La richesse culturelle de Bejaia reflète l’authenticité de cette région et la richesse de son patrimoine la sauvegarde de cette identité passe aussi par l’organisation des festivals et des fêtes.

Ces dernières années la wilaya de Bejaia à connu un agenda culturel riche cela est bénéfique pour une ville à vocation touristique.

Coutumes et traditions

Diverses coutumes prenant leurs origines loin dans l’histoire plusieurs fois millénaire de cette cité persistent encore de nos jours.
Citons notamment le jour de l’an Berbere Yennayer le 12 janvier (calendrier Julien), Tafsouyth Imazighen (printemps),Mawlid Ennabaoui Echarif.
À travers les confréries Soufies qui se sont implantées à Bejaia, (KADIRIYA.TAYEBIYA.AISSAOUA.AMARIA.RAHMANIA), la plus ancienne étant la KADIRIYA introduite en 1156 par Abou Médiene Echohib qui s’est installé à Bejaia de 1156 à 1198 date de sa mort à Tlemcen.

La fête de MAWLID Ennabaoui débutait sept jours avant, et se termine en Apothéose sur l’esplanade de Sidi SOUFI la veille de la naissance du prophète (qsss). Il ya lieu, également de rétablir la Fête de Gouraya, qui se déroule à la fin du printemps de chaque année considérée alors, selon Charles FERAND dans son ouvrage BOUGIE, comme un petit pèlerinage. Cette Fête local considérée à juste titre comme la plus importante de l’époque, est mise à profit par les notables de la ville et les chefs de tribus des régions environnantes (MEZZAIA, AIT BOUMESSAOUD, AIT BIMOUN) pour tenir un conclave et régler les problèmes entre les tribus.